16 juin 2024
Récits

Séjour Samoëns 2023

07/06/2023 – 14/06/2023

Mercredi 7

Rendez-vous est donné pour un départ à 07h00 d’Airvault avec les 2 navettes. Jacky à la manoeuvre, le matériel est rapidement chargé et c’est parti pour les 8 heures de trajet, prévus sous un franc soleil.

Après quelques heures de route et une première pause café, on récupère la toute nouvelle RCEA qui nous permet de filer à bonne allure et enchaîner les kilomètres sans fatiguer. Nous arrivons au Giffre à 15h30 comme prévu. Chacun prend rapidement ses marques dans le chalet, et les réguliers récupèrent leurs chambres habituelles.

L’après-midi est orageux et les conditions pas vraiment optimales. Pas de premier vol pour célébrer l’arrivée sur le site mais du beau temps est tout de même prévu dès le lendemain matin.

Thierry reprend possession de sa cuisine et on finit tranquillement l’installation pour que le groupe se sente à l’aise (22 au total cette année).

Quelques bras sont bienvenus pour aller faire les courses et l’après-midi déjà bien entamée nous amène rapidement à l’heure du repas, bien sûr précédé de l’apéro habituel de 19 heures.

Jeudi 8

Grand soleil dès le lever du jour. C’est bon signe. Les plafonds sont annoncés aux alentours de 2500m et une évolution orageuse est prévue en début d’après midi.

Une première navette est montée aux Saix pour un petit vol du matin et d’autres grands vols sont réalisés tout au long de la matinée. Quelques uns réalisent un joli tour de vallée (Plateau des Saix, Trapechet, Tête des Saix, Bourgeoise, Criou) et rentrent sagement poser après 2 bonnes heures de vol. Ça sera le meilleur créneau du séjour.

Pas de vol l’après-midi pour cause de développement orageux.

Nous consultons les prévisions météo qui nous font franchement grimacer pour le reste de la semaine, et les plus pessimistes pronostiquent déjà la fin du match dès le lendemain midi.

Vendredi 9

Nous choisissons de lancer la première navette dès 08h30 afin d’optimiser la matinée, qui s’annonce volable au moins jusqu’à 13h.

Tout le monde se met tranquillement en l’air, certains parvenant à enchaîner 2 et même 3 vols dans la matinée pour les plus gourmands. Tours de bocal plus ou moins élargis mais le plafond aux alentours de 2200m limite vite les ambitions de départ.

Orages, ô désespoir, ça sera rando au lac de Gers pour l’après midi.

Samedi 10

Journée compliquée.

Temps gris, ciel humide et des brumes qui s’accrochent aux reliefs.

Un petit groupe se met en route pour Mieussy, mais le plafond est bas et les nuages qui se ressoudent devant le Pertuiset empêchent finalement de décoller. Une autre tentative pour le site de Passy se révèle payante en début d’après-midi et tout le monde parvient quand même à faire un vol, en essuyant quelques petites gouttes au passage. Le reste du groupe, resté au chalet, ne s’en sort finalement pas plus mal en parvenant à décoller de la Bourgeoise.

L’apéro du soir et la cuisine de Thierry, toujours au top, nous réconfortent rapidement.

Dimanche 11

Les dernières prévis consultées la veille au soir annoncent une météo finalement plus clémente qu’attendue.

La première navette est prévue à 08h30. Les lève-tôt se bousculent au portillon dès le petit-déj englouti et le Trafic est complet, fin prêt dès 08h10 pour une montée au plateau des Saix et un premier vol matinal. Au grand dam des quelques uns qui tablaient sur un départ de 08h30, se voyant ravir la priorité par les plus matinaux 😉 Pas de mal au final, malgré quelques bougonneries ça et là vite dissipées. Remontée illico de la navette après un rapide aller-retour, et tout le monde se retrouve au déco.

Les vols s’enchaînent au fil de la journée, tours de bocal plus ou moins élargis, vols en local d’une heure et demi à deux heures et retour au bercail, après un passage par Trapechet, le Criou et la Bourgeoise. Les conditions et les plafonds ne permettent guère mieux. Olive et Pierrot un poil trop optimistes font un plomb en revenant de Sixt où ils ne trouvent rien, et vachent aux portes de Samoens.

Lundi 12

Bonne petite journée, assez similaire à la veille, avec des petites conditions malgré tout exploitables. Pas de gros plafonds mais de quoi tenir, et même faire le tour du bocal pour quelques uns, c’est déjà pas mal.

Première navette à 08h40 le temps que l’humidité se dissipe un peu et c’est reparti.

Didier et Pierrot misent tout sur Morillon et se retrouvent vite en mode survie pendant une bonne demi-heure. Les conditions aléatoires ont raison de Pierrot qui pose de l’autre côté du Giffre tandis que Didier s’accroche et parvient à ressortir. Olive réalise un beau tour de vallée qui compense sa vache de la veille.

Grand Tof qui réalise également un joli vol, atterrit du mauvais côté du terrain pile à l’endroit où du lisier vient d’être épandu. Il se pose en mode Fifi, les deux pattes en avant et réalise une glissade mémorable, se tartinant au passage des quelques restes de fumier qu’il récolte lors de sa remarquable figure de style. Au final plus de rire que de mal, quelques affaires à laver en machine, et une sellette qui sent maintenant le purin de cochon.

Sandrine venue en voiture nous rejoint en fin d’après midi.

Et Tof qui reprend évidemment très cher pendant l’apéro 🙂

Mardi 13

Journée un peu tristoune. Ciel humide, et le déco des Saix qui est bouché par les nuages qui ne daignent pas monter.

Un premier aller retour infructueux aux Saix est rapidement suivi d’un second sur le coup des 11 heures alors que ça semble vouloir s’éclaircir. Le temps de monter, le déco est complètement dans les nuages, on voit à peine la manche à air et un mur de brume nous empêche de voir la sortie du déco. Ca n’a pas l’air très épais mais il n’est pas question de partir là dedans.

Un trio d’Anglais se décide quand même à décoller, sans visibilité, bref.

On se rabat finalement sur un déco de secours, quelque 50m plus bas, nous amenant juste au ras des nuages tandis que ça se dégage un peu. Une trouée nous permet de bien voir la vallée. Tant que c’est bon, il ne faut pas attendre que ce soit pire. On enquille juste derrière deux élèves locaux qui partent fiça avant leur moniteur, et tout le monde parvient à décoller sans difficulté pour le seul petit vol de la journée.

Pliage secours l’après-midi, belote, échecs.

Mercredi 14

C’est déjà fini.

Petit déjeuner à 07h00, départ prévu à 8. Le manège est bien rodé. Tout le monde s’active, range, balaie, nettoie, charge et c’est un départ en convoi pile à l’heure prévue.

Bilan du séjour : Pas d’incident, pas de bobo, c’est l’essentiel. Des pious-pious qui se dégourdissent bien et qui enroulent leurs premiers thermiques montagne en élargissant petit à petit leur secteur d’évolution. Quelques belles journées de vol, des petits cross essentiellement dans le bocal, mais les développements orageux et l’humidité ont souvent empêché de voler l’après-midi. Malgré cela, chaque journée a pu être optimisée, et le moindre créneau exploité, permettant finalement de voler tous les jours.

A l’année prochaine 🙂